Réduction des taux d’intérêts sur les crédits d’investissement pour l’emploi des jeunes

Par Samira Belamri/Zineb A.

 
 

Le ministère du Travail de l’Emploi et de Sécurité Sociale, en partenariat avec les entreprises financières et bancaires, a décidé de baisser le taux d’intérêts des crédits d’investissement pour l’emploi des jeunes ou le développement de leurs activités. La baisse va frôler les 80% pour les projets dans le secteur agricole, hydraulique ou la pêche, 60% si le projet concerne un autre secteur que ceux sus cités. Exceptionnellement la moyenne de réduction pourrait atteindre 95% si le projet est réalisé dans une région spécifique.

 

  • Selon le projet de décret exécutif qui définit les conditions d’octroi de l’aide de l’état aux jeunes porteurs de projets, des sections locales de l’ANSEJ seront créées sous peu, consistant en une commission de sélection, de soutien et de financement des projets d’investissements présentés par les jeunes. La commission se composera d’un représentant de la direction de l’emploi, un représentant de la section de wilaya du centre national du registre de commerce, un représentant de la direction des impôts de la wilaya, et le directeur de l’office de l’emploi, un représentant de la chambre des métiers, des représentants des banques concernées par le financement et le conseiller de l’ANSEJ chargé d’accompagner et de soutenir les jeunes initiateurs de projets.
  •  
  • Ces commissions permettront de raccourcir les délais d’étude des dossiers et décider du financement dès les préliminaires. Ce qui représente une étape complémentaire à la réduction des taux d’intérêts des crédits d’investissements accordés par les banques et les institutions financières pour la création et le développement d’activités. Ces réductions atteindront 80% de la moyenne débitrice appliquée à titre d’investissement dans le secteur agricole, hydraulique ou de la pêche. Il sera décidé d’une remise de 60% à titre d’investissement dans d’autres secteurs d’activité, une remise qui pourrait grimper à 95% dans certaines zones. Ces décisions seront appliquées incessamment après le raccourcissement des délais d’étude des dossiers ainsi que le relèvement du plafond de participation personnelle du jeune initiateur de projet par des crédits qui varient selon le coût de l’investissement.
  •  
  • Le minimum de l’apport personnel sera de 5% du coût global si ce dernier ne dépasse pas 5 millions de dinars, et bondira à 10% si le coût global du projet est de 10 millions de dinars.

http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=6111