L’investissement étranger en Afrique ne doit pas se focaliser sur le pétrole et le gaz

Publié le par ouada yazid

 

WASHINGTON - L’investissement étranger en Afrique doit se diversifier et ne plus se focaliser sur le pétrole et le gaz uniquement, a indiqué mardi, l’ancien président des Etats-Unis, Bill Clinton.


"Le potentiel de diversification de l’investissement étranger en Afrique est énorme", a déclaré Bill Clinton lors du premier panel du forum d’affaires afro- américain consacré à l’élargissement des opportunités d’affaires en Afrique.

 

L’ancien président américain a relevé à ce titre que 80% des 80 milliards de dollars d’investissements étrangers attendus en Afrique pour l’année 2014, sont destinés aux secteurs de l’énergie et des métaux précieux comme le diamant.

 

Il a ajouté que cette diversification est rendue nécessaire d’autant plus que le continent va inclure dans si peu de temps six des dix pays qui vont enregistrer les croissances les plus importantes au monde.

 

Jeffrey Immelt, PDG de General Electric (GE), dont le groupe est présent en Afrique depuis 116 ans a reconnu, de son côté le besoin pour les entreprises américaines d’investir en Afrique, de plus en plus convoitée par la Chine et les autres pays émergents.

 

S’adressant à Bill Clinton qui lui demandait de relater l’expérience de GE en Afrique, Jeffrey Immelt a répondu que le marché africain, délaissé par les entreprises américaines "est très porteur".

 

"Nous avons laissé le terrain aux européens et aux chinois", a-t-il reconnu, en affirmant que les entreprises américaines ne doivent plus être frileuses et devraient assumer à ce titre des financements à risque.

 

Au cours de ce panel animé également par des hommes d’affaires africains, il a été mis en exergue l’importance de l’investissement dans les infrastructures et dans la formation des jeunes en mesure de mener la transition économique africaine.

 

Les entreprises américaines qui font des affaires en Afrique doivent, en parallèle à leurs activités, investir dans les infrastructures et la formation des jeunes si elles veulent contribuer à la croissance des pays du continent, selon des intervenants.

 

Le forum économique afro-américain, premier du genre, a enregistré la participation d’importantes personnalités du monde politique et économique américains.

 

Il a été présidé par le secrétaire américain au Commerce, Penny Pritzker et par l’ancien maire de la ville de New York Mike Bloomberg.

 

Le président américain a été présent à une partie de cette rencontre, tenue à l’hôtel le Mandarin Oriental, situé à quelques encablures de la Maison Blanche.

 

http://www.aps.dz/economie/9806-l%E2%80%99investissement-%C3%A9tranger-en-afrique-ne-doit-pas-se-focaliser-sur-le-p%C3%A9trole-et-le-gaz-bill-clinton

Commenter cet article