CentraleCentrales de risques et financement bancaire de la PME : Le crédit constis de risques et financement bancaire de la PME : Le crédit constitue un risque fondamental pour toute activité ban

Publié le par ouada yazid

Ph : Louiza

 

« La performance en matière d’inflation durant les quinze dernières années, à l’exception de 2012, est un acquis pour la stabilité  monétaire en Algérie. La désinflation engagée en février 2013 s’est  poursuivie tout au long de l’année  2013 et au cours des cinq premiers mois de 2014 », c’est ce qu’a indiqué, hier à Alger, Mohammed Laksaci, gouverneur de la Banque d’Algérie.

 

S’exprimant lors de la tenue d’une conférence, organisée hier à l’Ecole supérieure de banque, traitant de « la modernisation des centrales des risques et l’amélioration de l’accès au financement  bancaire de la PME en Algérie », Laksaci annonce que  « le taux  d’inflation s’est établi à 1.64%  à mai 2014, en moyenne annuelle, contre 3.26%  à décembre 2013 ». Il évoque également le degré de stabilité monétaire, à en juger  par le ratio avoirs extérieurs nets par rapport à la masse monétaire (M2) (1.274 à fin 2013), a été conforté ces dernières années par une décentralisation significative des rythmes d’expansion  monétaire. « La contribution de la politique monétaire à la stabilité financière reste décisive, vu la prédominance des banques  dans le système financier en Algérie », a-t-il relevé. La capacité  de financement du trésor, constituée entre  2000 et 2008, a permis, quant à elle, de faire face à l’impact du choc externe sur les finances publiques à partir de 2009. Cette capacité de financement est demeurée importante et représente 33% du PIB à fin 2013. Tout en poursuivant avec plus d’efficacité le programme d’investissement public, la consolidation budgétaire engagée à partir  de l’année passée vise à réduire la vulnérabilité  des fiances publiques face à la volatilité des prix des hydrocarbures, dans un contexte de très faible dette publique intérieur (8% du PIB à fin 2013) et d’absence d’éviction financière, a expliqué le gouverneur de la Banque d’Algérie. Il convient de noter également que la stabilité financière externe  de l’Algérie, portée par une gestion  prudente des réserves  officielles de change, est appuyée  par  la gestion active  du taux  de change par la Banque d’Algérie au moyen  de ses  interventions sur le marché  interbancaire des changes et qui vise le maintien du taux de change effectif réel du dinar à proximité de son niveau d’équilibre fondamental de moyen terme. C’est ainsi, a-t-il ensuite dit, qu’ « en dépit de la volatilité accrue en 2013 des taux de change des principales devises et son impact en termes de fortes dépréciation des monnaies des pays  émergents, le taux de change effectif réel du dinar est resté légèrement apprécié, en contexte de désinflation ». Pour ce qui est de l’évaluation du secteur bancaire et financier en 2013, effectuée par le Fond monétaire international (FMI) et la Banque Mondiale, elle a surtout aidé à dégager les axes de consolidation additionnelle de la stabilité financière en Algérie, avec  une mise en œuvre  effective à partir du 1er trimestre 2014 ». Mettant l’accent  sur le dispositif réglementaire prudentiel qui vient  d’être reformé pour une conformité de Bâle,  Laksaci  a annoncé que trois règlements ont été  édictés par  le Conseil de la monnaie et du crédit au 1er trimestre 2014, avec effet à partir d’octobre, portant ratios de solvabilité, grands risques et participations, et classement et provisionnement des créances et engagements par  signature. Dans cette nouvelle  réglementation, a fait savoir le gouverneur de la Banque d’Algérie, le ratio de solvabilité minimum par rapport au « tier one : fonds propres de base » est fixé par le comité de Bâle. S’agissant du renforcement de sa capacité d’évaluation de la situation de risque  du secteur  bancaire, il souligne  que « la Banque d’Algérie pourra  compter à partir de début 2015 sur l’utilisation  effective du nouveau modèle de stress testing ainsi que sur la généralisation du système de notation des banques de la place ». Aussi, le parachèvement en 2014 de l’opération de modernisation de la centrale des risques existant et la mise en place d’une nouvelle infrastructure pour une centrale plus globale des risques permettront de disposer dès le premier semestre 2015 d’un outil important de surveillance du risque crédit. « Cette nouvelle approche de supervision, plus prospective et fondée sur les risques, mettra davantage l’accent sur le processus d’allocation des crédits par les banques afin d’endiguer la réémergence de concentration de risque de crédit », a-t-il ajouté. S’agissant de la modernisation des centrales de risques et l’amélioration de l’accès au financement bancaire de la PME en Algérie, l’accent a été mis sur ce que représente le risque de crédit, considéré par les spécialistes comme un risque fondamental pour toute activité bancaire, survenant lorsque le débiteur n'arrive pas à honorer ses engagements d'une façon partielle ou totale, ce qui nécessite de la part du banquier une analyse approfondie afin de limiter au maximum, tout risque inhérent au bon déroulement de l'opération de crédit. Ainsi, la gestion du risque de crédit demeure un risque majeur dans l'activité bancaire. L’on retient que la gestion du risque de crédit accordé aux entreprises est un exercice délicat, et il le devient beaucoup plus, lorsqu'il s'agit des petites et moyennes entreprises et ce, à cause des inquiétudes qui font d'eux à l'égard des banquiers, des partenaires à haut risque. Ont été également abordées les questions liées à l'évaluation du risque de crédit, qui passe par l'analyse de l'emprunteur, l'analyse du projet et le choix des garanties du crédit, conditions qui déterminent la décision d'octroi du crédit. De son côté, Emmanuel Noubissie Ngankam, représentant  résident  du groupe de la Banque Mondiale a souligné en marge de cette rencontre que « le développement des PME ne passe pas exclusivement par le financement bancaire qui est l’une des composantes de  la croissance  de l’ensemble de l’économie et l’expansion des petites et moyennes entreprises ». Il faut retenir que les PME  ne peuvent pas s’épanouir dans un environnement des affaires où il y a un certain nombre de facteurs  bloquants, d’où le classement de l’Algérie par Doing business, en en 2014 au rang de la 153e place sur 189 pays. « Nous espérons voir des améliorations cette année, parce qu’il y a des réformes très intéressantes qui ont été mises en place », a-t-il souhaité. La réunion d’aujourd’hui  sur le financement des PME  a-t-il ensuite relevé              « confirme que la Banque d’Algérie se préoccupe de la situation globale du financement de l’économie et particulièrement du financement de la PME qui reste malgré tout le moteur de la croissance économique en Algérie comme partout ailleurs dans le monde ».


Makhlouf Aït Ziane

--------------------------------

Inflation
 

« Tombée à 1,64% en mai en moyenne annuelle »

Le taux d'inflation s'est établi à 1,64% à fin mai dernier en moyenne annuelle contre 3,26% en décembre 2013, a annoncé, hier, le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, citant l'Office national des statistiques (ONS). "La désinflation engagée en février 2013 s'est poursuivie tout au long de 2013 et au cours des cinq premiers mois de 2014", a annoncé M. Laksaci lors  d'une conférence sur la modernisation des centrales et le financement bancaire des PME en Algérie. Ainsi, l'inflation est tombée à 1,64% en mai en moyenne annuelle contre 3,26% à fin décembre dernier, a ajouté M. Laksaci pour lequel la performance en matière d'inflation durant les 15 dernières années, à l'exception de 2012 où l'évolution de la hausse des prix a dépassé 8%, "est un acquis pour la stabilité monétaire en Algérie". En 2013, le taux d'inflation annuel a atteint 3,3%, après la poussée  inflationniste de 8,9 % enregistrée en 2012. Pour 2014, le gouvernement table sur une évolution de l'inflation à 3,5%. La maîtrise du taux d'inflation constitue une "préoccupation constante" des pouvoirs publics. Le gouvernement s'est engagé dans une politique de préservation du pouvoir d'achat des citoyens et ce, à travers le soutien des prix des produits et des services de base, ce qui a permis de baisser le taux d'inflation et de le maintenir  à un niveau "raisonnable".

 

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/62053

Publié dans Finances & Assurances

Commenter cet article