Agroalimentaire : Journée d’information au profit d’entreprises allemandes

Publié le par ouada yazid

 

M. Stefan Kapferer

Le montant des investissements allemands dans notre pays a atteint 37 milliards de dollars entre 2002 et 2013, dont 34,5 mds sont allés au secteur de l’industrie. La Chambre algéro-allemande de commence et d’industrie (AHK) organisera une journée d’information sur le secteur agroalimentaire algérien au profit d’entreprises du Land Niedersachsen (Hanovre), le 25 septembre courant.

 

Une manifestation destinée à faire connaître le potentiel de la filière pour les opérateurs allemands intéressés par d’éventuels partenariats dans cette branche d’activité qui présente un fort potentiel de production et d’importantes opportunités d’investissement. Deuxième industrie du pays, après celle de l’énergie, cette branche, dominée essentiellement par le secteur privé, contribue à hauteur de  45% du chiffre d’affaires industriel, représente 2% du PIB national et  50% du PIB industriel, et emploie 40% de la population active industrielle.


Des indicateurs qui traduisent l’intérêt accordé par les pouvoirs publics au développement de cette branche. Un volet qui figure dans la stratégie industrielle du pays en cours de mise en œuvre. Il s’agit d’un enjeu majeur pour le pays, sur les plans économique, politique et social. En fait, le domaine de l’agroalimentaire a été désigné  comme l’un des secteurs prioritaires dans le programme du développement  du pays, dans le cadre de la diversification économique, et la promotion du label algérien, dans l’objectif de répondre à la demande du marché intérieur, mais aussi, dans le souci de placer le produit national sur les marchés extérieurs. Une option encouragée par le fait que le produit agricole algérien a cette  particularité de dépendre, en majorité, de techniques agricoles encore traditionnelles et naturelles, de même qu’il répond, en majorité,  aux exigences de la culture « bio », un avantage très apprécié, par les Européens notamment. L’industrie agroalimentaire algérienne étant dépendante du marché international des produits de base, mais aussi de ceux de l’équipement et de la technologie, le partenariat s’avère, par conséquent, un moyen d’accompagner son développement.


Dans ce contexte, AHK propose  aux entrepreneurs algériens intéressés d’exporter leurs produits vers l’Allemagne et l’UE, la « conception et réalisation de mesures pour la commercialisation des produits algériens sur le marché allemand », « l’ identification des clients, des partenaires commerciaux et des fournisseurs », « l’élaboration des études de marché, de vente et conseil individuel à l'exportation », ainsi qu’une assistance technique pour l’entreprise.

 

Dans le même ordre d’idées, une analyse de la branche, pour le premier semestre 2013, effectuée par l’ONS, avait mis en relief  l’écart entre la production agricole et les performances de l’industrie de transformation qui demeurent en deçà de son potentiel réel.

 

Le secteur des IAA, avait-on relevé, « exprime une forte demande d’équipements et de savoir-faire », en particulier, dans les segments de la transformation et de la conservation.  Il y a lieu de rappeler que sur une vingtaine de projets d’investissements allemands déclarés au niveau de l’ANDI, entre 2002 et 2013, 8 ont concerné le secteur de l’industrie. Six projets ont été réalisés dont 5 dans l’industrie pour un montant global de  37 milliards de dollars dont 34,5 Mds de dollars sont allés à l’industrie, sachant que plus de 320 entreprises allemandes sont présentes sur le marché algérien.  

 

Le secrétaire d’Etat allemand au ministère fédéral des Affaires économiques et de l’Energie, M. Stefan Kapferer, avait souligné lors du Forum d'affaires algéro-allemand, tenu en mars dernier, que la coopération bilatérale avait fait l’objet de discussions avec différents secteurs. Aussi, le transfert technologique constitue un volet essentiel de la coopération.
 

 

D. Akila

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/65196

 

 

Commenter cet article