Prévisions et projets de la CNAC Vers la réalisation de 30.000 micro-entreprises

Publié le par id.algérie

La Caisse nationale d’assurance chômage prévoit dans ses objectifs quelque 30.000 projets sous forme de micro-entreprises. C’est un but inscrit à terme alors que pour l’heure, il s’agit de bien cibler les aides et de conseiller les promoteurs.

Le lifting opéré à partir de cette année concerne à juste titre la tranche d’aide concernée par les aides. Celle-ci est désormais comprise entre 30 et 55 ans au lieu de 35 et 55 ans. Le volume du crédit est porté à 1 milliard de centimes au lieu des 500 millions de centimes débloqués auparavant.

Les indices sont réconfortants pour le moment avec la création de quelque 3.000 postes de travail par les promoteurs des projets, ce qui illustre que les bénéficiaires des projets Cnac ne font pas l’aventure seuls et ont toujours besoin d’un minimum de 1 à 2 emplois pour faire évoluer leurs projets. Malgré la crise des ressources, la Cnac n’a pas failli à ses engagements.

Selon son DG, Ahmed Taleb Chawki, "la Caisse a prévu 30.000 micro-entreprises dans son portefeuille" avec cette fois un suivi qui doit concerner toutes les étapes de projet, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Le directeur de la Caisse indique dans une déclaration publique que "des conseillers à l’échelle nationale sont entrain de suivre les projets d’investissements de ces jeunes promoteurs". Parfois, ces projets, indique un autre responsable "demandent une certaine efficacité pour les faire aboutir".

La Caisse n’a pas listé les secteurs dans lesquels les bénéficiaires doivent se conformer. Mais visiblement les petites activités lucratives dans le transport (taxi), l’artisanat, mini-laiteries, entreprises de conseil, la communication, et certaines activités liées au bâtiment et les travaux de réfection sont les plus demandés.

Et bien entendu, l’aide de la CNAC n’est qu’un soutien à l’activité désirée. En général, affirme le ministère du Travail "il y a un allègement qui a été apporté aux phases de développement du projet en tenant compte de la nature même de l’activité". Le financement bancaire qui posait problème a été affiné et aucune demande de financement n’est ignorée.

La Cnac souhaite que les porteurs de projets innovent dans leurs démarches en s’attaquant à des activités qui n’ont pas été développées jusqu’à présent. Le commerce a été d’ailleurs exclu du soutien financier des projets.

De même que la Caisse a établi un échéancier de remboursement en 4 ans alors que le taux de remboursement semble plutôt satisfaisant même si certains créateurs de micro-entreprises se plaignent parfois de conditions draconiennes du remboursement étant donné que leurs activités n’observent pas assez de rentabilité.

Les autorités en charge de ce dossier se montrent inflexibles à ce sujet Toutefois une note du gouvernement évoque la possibilité d’étendre le moratoire de paiement si l’entreprise est dans des difficultés. Cette décision sera examinée incessamment.

Publié dans Emploi

Commenter cet article