LAMINE KAOUACHE, P-DG DE BIFECTA, À L'EXPRESSION"Les produits Bifecta Algérie peuvent être exportés"

Publié le par id.algérie

Les produits Bifecta, certifiés Iso 9001-2000 sont de haute technologie et sont très demandés en Algérie

Les produits Bifecta, certifiés Iso 9001-2000 sont de haute technologie et sont très demandés en Algérie

Les produits Bifecta, certifiés Iso 9001-2000 sont de haute technologie. Ils sont très demandés en Algérie par de grands groupes ayant investi dans tous les secteurs.

Riche d'une expérience de 30 années dans la fabrication de silos, cuves et citernes de différents types et de dimensions, Bifecta Algérie, cette entreprise tunisienne, partenaire de la Société nationale des transports routiers (Sntr) est également forte de ses 30 années d'expérience dans le développement industriel. Elle est spécialisée dans la chaudronnerie, en produisant des gammes variées en acier inoxydable. Elle est spécialisée dans la fabrication de réservoirs sur site. Son service répond aux demandes et applications spécifiques effectuées aux normes internationales. Ses produits sont multiples et variés. Ils sont destinés au stockage de tous les produits.
Bifecta Algérie produit des cuves de process agité, des cuves de stockage de une à 250 tonnes, tout comme des citernes isolées pour le lait cru de capacité allant de 500 à 27.000 litres. Bifecta est également leader dans son domaine en fabriquant des citernes pour les liquides alimentaires et chimiques, et l'eau potable.
Les citernes de différentes dimensions fabriquées par Bifecta Algérie peuvent également être utilisées dans le stockage du lait et de ses dérivés, huiles et corps gras, boissons, eau minérale, cosmétiques comme les shampooings, dentifrices, crèmes de beauté. Elles sont aussi utilisables dans le secteur de l'hydraulique, la pharmaceutique et la chimie.
Les produits Bifecta, certifiés Iso 9001-2000 sont de haute technologie. Ils sont très demandés en Algérie par de grands groupes ayant investi dans les secteurs de l'agroalimentaire, boissons et jus, transformation de lait, eau potable, eau minérale et plate, confiserie, traitement et transformation de céréales, stockage et transport d'eau, collecte de lait, transformation des huiles, transport et stockage des produits pétroliers et hydrocarbures, traitement pétroliers et camps et bases de vie pétroliers, hydraulique, etc.
Le promoteur et le P-DG du Groupe, Lamine Kaouache, revient sur le choix dans l'investissement et le développement aussi bien en Algérie qu'en Tunisie dans un tel créneau en déclarant que «l'activité existe en Europe, mais pas chez nous». Et d'ajouter que «cette activité a beaucoup de savoir-faire».
La première usine de chaudronnerie inox a été mise en place en Tunisie avant d'investir peu de temps dans le Golfe, très précisément au Koweït.
Les responsables de Bifecta ont ensuite jugé utile de s'installer en Algérie, à Oran très exactement dans le cadre de partenariat public-privé qu'ils ont paraphé avec la Soçiété nationale des transports routiers, via ses filiales de maintenance plus. Bifecta vise loin en s'ancrant davantage en Algérie, d'autant que le marché algérien est très demandeur du produit, cuves et citernes en inox.
«Nos produits, en plus de ceux des fabricants algériens ne représentent pas plus de 30% des importations en Algérie», a-t-il affirmé. «Donc, il y a énormément de travail à faire pour nous substituer à l'importation», dira Lamine Kaouache expliquant que «notre objectif est d'avoir des produits algériens de forte valeur ajoutée, qui sont une richesse locale représentant plus de 40 à 50% qui couvre les salaires, toutes les charges, le transport et la création des emplois fixes».
«Plus on a la possibilité de vendre dans le marché algérien plus nous allons agrandir, recruter et créer la richesse qui viendra en déduction des déficits en devise, c'est un gain direct qui se substitue à l'importation», a indiqué Lamine Kaouache.
Des milliers d'industriels seraient donc intéressés par les produits de Bifecta.
«Les produits Bifecta sont d'origine locale, nationale et algérienne», dira Lamine Kaouache invitant les «industriels à faire confiance aux produits Bifecta, qui n'ont rien à envier aux produits aux normes européennes», a affirmé Lamine Kaouache. «Aujourd'hui, nous exportons à partir de la Tunisie, nous avons aussi la possibilité d'exporter à partir de l'Algérie», dira Lamine Kaouache précisant que «nous n'avons aucun complexe à dire que les produits Bifecta Algérie ont tous la possibilité d'être exportés».
L'export, c'est aussi un autre challenge. «Avec notre personnel formé et homologué, nous pouvons certainement offrir nos cuves algériennes en Espagne», a indiqué Lamine Kaouache, expliquant qu'«il n'y a aucune raison pour que les produits Bifecta Algérie ne touchent pas l'Europe».
Le défi est, sur un autre registre, relevé par le responsable de Bifecta en annonçant par le biais de Lamine Kaouache, que «le prochain investissement sera lancé à Alger en ouvrant, dans un proche avenir, une deuxième usine, après l'élargissement de l'unité d'Oran».
La masse juvénile algérienne recrutée par Bifecta a, selon Lamine Kaouache, donné entière satisfaction en assimilant très rapidement toutes les techniques et tout le transfert technologique européen.
«Nous avons aujourd'hui une équipe formidable qui a une valeur internationale», dira Lamine Kaouache indiquant que «le nombre d'Algériens recrutés à titre permanent par Bifecta est de 30 employés».
Le premier responsable de Bifecta dira que «nous allons porter ce nombre d'employés à une centaine de personnes». Sur sa lancée, il ajoute en invitant «les jeunes à aller dans des métiers où ils apprennent un métier leur permettant d'avoir une identité et d'être accueillis aussi bien en Algérie qu'au niveau international».
La formation constitue l'un des objectifs principaux de Bifecta, vu que la soudure homologuée est à la fois demandée et prometteuse, garantissant l'avenir des jeunes. «On ne peut pas fabriquer une cuve ou une citerne sans investir dans les moyens humains», a préconisé Lamine Kaouache.
L'ex-ambassadeur de la Tunisie à Alger, Nadjib Hachana, qui est revenu sur des données objectives, dira pour sa part, que «notre (Algérie et Tunisie, Ndlr) destin est commun, notre stratégie doit reposer, en plus de l'aspect sécuritaire, sur l'aspect économique et social qui sera un élément déterminant dans l'édification du Grand Maghreb uni.
«En important, on perd les devises et l'emploi», a affirmé Nadjib Hachana qui a par la même salué les pouvoirs publics algériens pour «avoir encouragé l'investissement tunisien en Algérie».

http://www.lexpressiondz.com/actualite/235871-les-produits-bifecta-algerie-peuvent-etre-exportes.html

Publié dans Algérie Pme

Commenter cet article