Énergie renouvelable : Réception prochaine d’une nouvelle centrale solaire à El-Bayadh

Publié le par ouada yazid

D.R

La wilaya d’El-Bayadh mettra en service, au cours de ce mois de novembre, sa première centrale solaire pour la production d’électricité. Quatre  autres wilayas (Saïda, Naâma, El- Bayadh, Sidi Bel-Abbès) bénéficieront de 4 centrales d’une puissance globale de 85 MW, sachant que 7 centrales solaires totalisant une puissance de 53 MW sont également en cours de réalisation pour couvrir la boucle d’In Salah-Adrar-Timimoune.  Ce projet, qui couvre une superficie de 39,2 hectares, est inscrit dans le cadre de la coopération algéro-allemande, pour un coût de 4,31 milliards de DA et devra générer 190 emplois durant la phase de réalisation, dont 25 ouverts à des travailleurs étrangers. Il apportera un plus à la wilaya, en ce qui concerne la distribution de l’énergie électrique et l’appui à l’investissement industriel et agricole dans la région. Les travaux de cette centrale de 24 mégawatts, implantée sur le territoire de la commune de Labiodh Sidi-Cheikh et inscrite dans le cadre du programme national des énergies renouvelables, ont atteint un taux d’avancement de près de 86%, selon le directeur de l’énergie, Boufateh Boubaya.
D’autres centrales seront construites dans les régions de Tindouf (9 MW), Djanet (3 MW) et Tamanrasset (13 MW). La SKTM prévoit aussi la construction de 19 centrales solaires totalisant une puissance de 57 MW, destinées à l’hybridation des centrales conventionnelles existantes.
Il existe également d’autres projets d’implantation de plusieurs centrales solaires photovoltaïques d’une puissance totale de 343 mégawatts (MW). Ils sont en cours de réalisation,   principalement dans les wilayas des Hauts Plateaux et du Sud,   tandis que les capacités de 9 wilayas (Sétif, Bordj Bou-Arréridj, Batna, Mila, Souk-Ahras, M’sila, Djelfa, Laghouat, Ouargla) seront renforcées de 90 MW d’origine renouvelable.
À cet effet, et lors d’une récente visite d’inspection des chantiers de cette installation énergétique, le wali d’El-Bayadh, Abdallah Benmansour, a mis l’accent, devant les cadres techniques nationaux travaillant sur ce site, sur la nécessité d’acquérir un savoir-faire technologique en côtoyant les compétences étrangères, afin de maîtriser cette nouvelle technologie.
Le wali a également invité les responsables locaux à exploiter au mieux cette station pour la promotion de l’investissement agricole et diminuer ainsi les charges sur les projets de raccordement à l’électricité rurale et agricole, tout en adoptant une vision économique à même de contribuer à l’impulsion de la mise en valeur agricole à travers l’exploitation de projets d’énergie renouvelable dans l’extension des surfaces irriguées.
Il a aussi mis en avant l’importance de ce projet pour concrétiser une avancée significative dans l’investissement industriel, notamment avec le réception prochaine, dans la commune de Labiodh Sidi-Cheikh, d’une nouvelle zone d’activités, ainsi que le lancement du projet d’une cimenterie relevant du groupe algérien du ciment (GICA ) avec une capacité de production d’un million de tonnes/an, dans le cadre de l’investissement public.
Il y a lieu de rappeler que la wilaya de Ghardaïa a bénéficié l’année dernière (juillet 2014) d’une mini-centrale solaire pilote qui a déjà enregistré des résultats probants. Réalisée sur une superficie de 10 hectares, pour un coût global de près de 900 millions de DA, cette mini-centrale, d’une puissance de 1,1 mégawatts (MW), est dotée de 6.000 panneaux photovoltaïques.
Fortement respectueux de l’environnement, ce projet a permis, entre autres, de lancer une dynamique de promotion de la recherche spécialisée en matière de développement des énergies renouvelables et constitue, de ce fait, un centre d’expérimentation des nouvelles technologies en matière d’énergie solaire.
Cette mini-centrale constitue ainsi «un laboratoire naturel» pour les études et recherches en matière d’énergie solaire, mais également du matériel utilisé, afin de propager cette technologie à travers le territoire national.
Premier du genre dans la région, ce projet s’inscrit dans le cadre d’un programme ambitieux de développement des énergies renouvelables en Algérie, qui vise l’installation d’une puissance d’origine renouvelable devant couvrir 40% de la consommation énergétique du pays à l’horizon 2030.
Il s’appuiera sur la réalisation, à l’horizon 2020, de plus d’une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides.
Kafia Ait Allouache
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/85649

Publié dans développement durable

Commenter cet article