24e foire de la production algérienne du 23 au 29 décembre à la Safex : Promouvoir le label local

Publié le par ouada yazid

D.R

Intervenant dans un contexte particulier, l’édition de cette année constituera une occasion pour mettre en évidence les objectifs des pouvoirs publics en matière d’encouragement et de promotion de la production nationale.

Entreprises publiques et privées de segments économiques divers, notamment, l’agroalimentaire, les industries manufacturières, l’énergie, chimie et pétrochimie, les industries électriques et électroniques, la mécanique, la sidérurgie et métallurgie, les services et les TIC,  prendront part à ce rendez-vous annuel. Cette manifestation précédée par le lancement de la campagne de sensibilisation sur l’intérêt de consommer algérien ainsi que du label Origine Algérie Garantie (OAG), « Bassma djazaïria » sera, en toute évidence, mise à profit par les producteurs pour faire connaître leurs produits et faire valoir leur qualité. « La production algérienne, garante d’une économie en devenir » est le thème retenu pour cette 24e édition devant marquer une nouvelle étape dans l’économie nationale à ma faveur des mesures prises par les pouvoirs publics pour soutenir la production locale, améliorer l’environnement de l’entreprise, et faciliter l’acte d’investir. Il s’agit de mesures destinées à contribuer à la diversification de notre économie au moment où les cours du pétrole se maintiennent dans leur tendance baissière. Une démarche censée appuyer la politique de promotion du produit national sur le marché national d’abord, pour répondre aux besoins internes, et à l’international, dans une seconde étape, sachant que toute la stratégie repose, dans sa finalité, sur le déploiement de l’entreprise algérienne sur les marchés extérieur d’où l’impératif d’aller vers un produit compétitif, en matière de qualité, de normes et de coût. En fait, l’amélioration de la qualité du produit local, la maîtrise des coûts et la diversification de la production, s’imposent comme étant des éléments irréversibles dans cette entreprise qui exige également l’implication des acteurs de la distribution pour favoriser la promotion du produit local, et, par la même occasion, contribuer à l’effort de substitution aux importations. Il faut admettre, en effet, que la cadence  qui a prévalu jusqu’ici, a eu des effets très néfastes sur la production nationale, agricole et industrielle, et sur l’investissement alors que les producteurs nationaux continuent de subir les conséquences de la concurrence déloyale. Par conséquent, les actions décidées par le gouvernement dans le cadre de la politique d’encouragement de la production nationale et de substitution aux importations visent à relancer l’outil de production national et à accorder la préférence au produit local.
« Il s’agit de construire une capacité de production qui exige une responsabilité de l’État en matière de protection de la production nationale », a affirmé, à ce propos, le ministre de l’Industrie et des Mines. M. Abdesselam Bouchouareb, devait préciser, à ce titre que, « la substitution aux importations ne peut se faire que si le produit local existe et est compétitif ».
D. Akila

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/86572

Commenter cet article