Le patronat se prépare pour la tripartite« Nous allons demander au gouvernement d’appliquer nos propositions », affirme Naït Abdelaziz

Publié le par ouada yazid

 

« Le patronat partage la même vision et il est conscient de la conjoncture difficile que traverse l’Algérie. Nous sommes tous d’accord que la tripartite du 14 octobre prochain à Biskra ne va pas ressembler aux précédentes », a indiqué Naït Abdelaziz, président du CNPA. Désigné par ses pairs pour être le porte-parole du patronat lors de la tripartite, il estime que le constat sur la situation de l’économie algérienne « a été fait depuis longtemps » et tous les facteurs de sa réussite comme de son déclin sont connus de tous. « Les problèmes économiques de l’Algérie sont connus, les propositions de sortie de crise ont été formulées et des solutions ont été suggérées lors des précédents rendez-vous comme dans les autres rencontres que nous tenons.


Donc, nous allons demander au gouvernement l’application pure et simple de ce qui a été dit par le passé et qui se trouve dans les différents rapports qui lui ont été soumis », a-t-il expliqué. La conjoncture actuelle ne permet plus, selon Naït Abdelaziz, aux partenaires sociaux « de faire des reproches ou de se renvoyer la balle ».


« L’Algérie n’a jamais été à genoux et ne le sera pas. Nous avons une marge de manœuvre et nous allons tout faire pour bien la capitaliser », a-t-il indiqué. Pour le patronat, le plus important, c’est de « savoir et pouvoir accompagner les pouvoirs publics en cette période de crise », « de tenir un langage franc et véridique en apportant des réponses justes au peuple ». « Cette conjoncture difficile nécessite l’implication de tout le monde. Le peuple, tout comme l’opposition politique, sont appelés à participer, et avec force, pour relever les défis de l’heure car il s’agit avant tout de sauver l’Algérie qui a beaucoup donné à ses enfants », a estimé Naït Abdelaziz. Selon lui, le patronat algérien est disposé à s’inscrire dans la dynamique de sortie de crise en changeant sa vision de manière à devenir un partenaire du gouvernement. « Le gouvernement a anticipé à travers la prise de plusieurs décisions en faveur de l’entreprise et son émergence. Tout cela fait que le patronat est, aujourd’hui, prêt à être un partenaire de qualité car l’enjeu de cette rencontre est de rétablir la confiance entre le gouvernement, le patronat, le travailleur et la centrale syndicale. La preuve de l’existence et de la solidité de la relation qui lie ces partenaires existe à travers l’instauration d’un dialogue social depuis une dizaine d’années.


Un dialogue permanent et porteur qui a réalisé des résultats sur le terrain. Mais aujourd’hui on a besoin, plus que jamais, de faire preuve d’un bon esprit patriotique pour sauver l’Algérie. Ce qui est certain, c’est que le patronat est déterminé à être derrière le gouvernement pour le soutenir dans cette période difficile », nous a-t-il expliqué.


Un document commun qui va être lu à l’ouverture des travaux est en cours de préparation par les huit organisations patronales qui prendront part à cette rencontre. En attendant, les organisations patronales sont en attente d’échange et de concertation avec le Premier ministre avant la tenue de la tripartite. Cette dernière aura lieu en présence du directeur général du Bureau international du travail (BIT).

Nouria Bourihane

Publié le 3 octobre 2015

http://www2.horizons-dz.com/?Nous-allons-demander-au

Commenter cet article