Benkhalfa : l'Algérie n'a pas besoin de l'endettement extérieur

Publié le par ouada yazid

 
	"L'Algérie a besoin de l'argent des Algériens ".

zoom | © Photo : Lyes H. El Watan

 « Nous mobilisons les ressources de la Nation avec toutes les garanties juridiques et techniques, nous ne les mobilisons pas pour les stocker mais pour les utiliser dans la croissance économique ».

L'Algérie n'éprouve pas le besoin de recourir à l'endettement extérieur pour couvrir ses engagements budgétaires mais elle compte plus que jamais sur les ressources provenant de l'intégration de l'économie informelle dans la sphère formelle, a affirmé dimanche à Alger le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa.         

"L'Algérie n'a pas besoin de l'endettement extérieur, elle a besoin  de l'argent des Algériens, de ses ressources internes qu'elle veut intégrer  dans le circuit bancaire et ce n'est pas une opération conjoncturelle mais une  démarche qui s'inscrit dans la durée", a-t-il déclaré à l'APS en marge d'une  journée d'information sur les mesures de la loi de finances complémentaire (LFC)  pour 2015.         

"Nous mobilisons les ressources de la Nation avec toutes les garanties juridiques et techniques, nous ne les mobilisons pas pour les stocker mais pour les utiliser dans la croissance économique", a-t-il soutenu. Ces ressources "nous mettent à l'abri d'autres décisions non souhaitées",  a-t-il ajouté.         

Et quand l'assiette fiscale augmente du fait de la bancarisation de  l'argent de l'informel, soutient-il encore, l'Etat pourra alors faire baisser  les impôts au profit de l'investissement.          Avec une fiscalité pétrolière encore très soutenable et une fiscalité  ordinaire qui devrait atteindre 2.700 milliards de Da en 2016, selon lui, l'Algérie "n'est pas en position de mal aisance financière, et ne compte pas sur  la taxe de 7% pour avoir des ressources mais veut juste impliquer le milieu  des affaires dans le développement".          

La direction générale des impôts (DGI) du ministère des Finances a lancé à la mi août un dispositif de "conformité fiscale volontaire" autorisant les  fonds informels à intégrer le circuit bancaire en contrepartie du paiement d'une  taxe forfaitaire libératoire de 7% à l'administration fiscale.         

" Problème de confiance "
 
Pour mieux expliquer ce dispositif, une semaine de portes ouvertes sur  les banques sera organisée "avant la fin de l'année", ce qui permettra de "renforcer la relation banques-citoyens, a avancé M. Benkhalfa qui reconnaît à cet égard  l'existence d'un "problème de confiance (banques-citoyens, NDLR) qu'il faut  rétablir".         

Il a appelé les Pd-g des banques à engager "des équipes volantes"  qui vont sur le terrain pour essayer de convaincre les personnes activant dans  l'informel à se régulariser vis-à-vis de l'administration fiscale. Il faut ensuite "stimuler les agents bancaires : un chargé de la clientèle  qui arrive à ramener quatre ou cinq clients de l'informel mérite d'être récompensé",  a recommandé M. Benkhalfa.         

Selon la banque d'Algérie, l'argent liquide circulant dans l'informel tourne autour de 1.000/1.300 milliards de DA. "Nous espérons mobiliser cette sommes d'ici à la fin 2016" date limite pour la conformité fiscale volontaire,  a-t-il lâché. Néanmoins, si "l'ensemble des agences bancaires ne se mobilisent pas  (pour la réussite de ce dispositif) nous serons vulnérables en 2016", a-t-il  averti

http://www.elwatan.com/economie/benkhalfa-l-algerie-n-a-pas-besoin-de-l-endettement-exterieur-06-09-2015-302897_111.php?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

 

Commenter cet article