Article publié depuis Overblog et Twitter et Facebook et LK

Publié le par ouada yazid

6e Salon international de la pêche et de l’aquaculture

Opportunités d’investissement dans les filières aquacoles

Les responsables au niveau de l’administration de la pêche et de l’aquaculture ont mis les bouchées doubles pour la réussite de la 6e édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture. C’est la wilaya d’Oran qui a été choisie pour abriter cette rencontre placée sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ainsi du 1er au 4 octobre, le Centre des conventions Mohamed-Benahmed d’Oran sera le point de ralliement d’opérateurs dans les différentes filières liées à la pêche et à l’aquaculture. Outre les professionnels du secteur, des banques, des assurances, des dispositifs d’aide à l’emploi (Ansej, Cnac et Angem), les instituts et organismes nationaux et internationaux, le service national des gardes-côtes, ainsi que le service de recherche et de formation y prendront part. D’autres organisations, à l’instar des l’OADA (Organisation arabe du développement agricole) et de l’OAIDA (Organisation arabe d’investissement et de développement agricole) sont attendues à ce salon.
Le but de cette rencontre est de prendre connaissance des avancées techniques et technologiques dans les domaines de la pêche et de l’aquaculture à travers le monde. Selon Farid Naït-Djoudi, conseiller du ministre de l’Agriculture et de la Pêche, « ces deux dernières années ont été mises à profit pour organiser des salons régionaux afin de canaliser toutes les énergies pour la réussite du SIPA ». Pour Kamel Neghli, directeur de cabinet, « il s’agit de contribuer effectivement à travers les filières de la pêche et de l’aquaculture à la diversification de l’économie nationale ». Pour cette année, le 6e SIPA verra la participation de 45 pays dont la Corée du Sud, l’invité d’honneur de la manifestation. Ce pays a apporté son savoir-faire dans la recherche appliquée en mettant en place deux fermes aquacoles de creveticulture d’eau de mer à Skikda. La crevette d’eau douce est par contre élevée à Ouargla. « Ce sont deux établissements de recherche à la pointe de la technologie dont la Corée du Sud est la pionnière dans ce domaine », nous a-t-il précisé. Lors du Salon, des forums seront organisés autour de thèmes diversifiés. Ils porteront sur les enjeux de la filière de la pêche et de l’aquaculture. Des rencontres interprofessionnelles seront également organisées. L’animation ne sera pas en reste. Avec le concours de l’Office national d’assainissement (ONA), les slogans « j’aime la mer » et « promotion des produits aquacoles » seront vulgarisés. La gent féminine sera présente. Pour la première fois, les femmes ont investi ce créneau et un forum intitulé « l’aquaculture au féminin » sera organisé. Le but, dira le conseiller du ministre, est d’adresser un message sur l’intérêt de l’aquaculture. Pour le chef de cabinet, « l’aquaculture au féminin est un potentiel très fort notamment à l’intérieur du pays ».
Le moment fort de la rencontre sera la présentation du célèbre film « Océan » de Jacques Cluzard, où les baleines, les dauphins et autres espèces feront des shows spectaculaires qui raviront les spectateurs. La troupe sud-coréenne donnera, par ailleurs, en clôture, un spectacle de danse moderne et traditionnelle.
Rabéa F.

http://www2.horizons-dz.com/?Opportunites-d-investissement-dans

Publié dans Agriculture et Pêche

Commenter cet article