Propositions du FCE - 2ème partie : 9- L’industrie électronique et l’électroménager

Publié le par ouada yazid

9- L’industrie électronique et l’électroménager

 

L’activité principale de cette branche s’articule autour des opérations d’assemblage et de montage avec des taux d’intégration diversifiés selon les opérateurs et la nature des produits fabriqués.

Parmi les entraves que rencontre cette branche, et qui retardent notamment son intégration, on relève :

 

- L’absence d’une stratégie nationale à long terme visant à promouvoir cette branche d’activité.

 

- L’absence d’un tissu de sous-traitants pour l’amélioration constante des niveaux d’intégration.

 

- L’environnement scientifique, technique et technologique faiblement développé ; cette faiblesse est accentuée par celle des ressources allouées à la R&D, ce qui fait que les efforts d’innovation et de créativité demeurent largement en deçà des exigences du marché favorisant, ainsi, l’importation de produits concurrents plus innovants.

 

- L’absence d’une reconnaissance d’un statut de producteur aux fabricants nationaux considérés comme de simples importateurs de produits finis.

 

- L’absence de concertation entre les opérateurs économiques de la branche et l’administration.

 

- Des contradictions en matière de taxation douanière des matières premières et des produits finis en provenance des zones de libre-échange.

 

- Les lenteurs dans la mise en place du développement des nouvelles technologies, particulièrement le commerce en ligne.

 

Eu égard à ces difficultés, il est recommandé :

 

- Concevoir un plan stratégique pour le développement intégré de cette branche d’activité qui recèle d’importants gisements de croissance compte tenu du développement fulgurant des nouvelles technologies. Si les processus d’assemblage et de montage semblent plus ou moins maitrisés, cette branche devrait cependant sur le moyen terme marquer un saut qualitatif en remontant plus en amont pour passer à la fabrication de composants électroniques ; ceci n’est toutefois possible que si toutes les parties prenantes (pouvoirs publics, entreprises, institutions financières, institutions d’enseignement et de recherche, etc.) se mettent en synergie

- Un des éléments clés de ce plan consiste en la mise en place urgente d’un centre de recherche dédié spécialement à la branche avec la contribution et sous la supervision de toutes les parties prenantes.
- Si les axes stratégiques sont définis d’une façon claire et consensuelle, leur mise en oeuvre ne devrait pas poser de difficultés majeures, y compris par le recours incontournable au partenariat avec des leaders mondiaux dans le domaine.
- La professionnalisation de la branche constitue un autre axe à moyen terme pour, d’une part, la rationalisation et l’optimisation des moyens et, d’autre part, la constitution d’une base industrielle solide et fiable à même de faire face à la concurrence déloyale et, pourquoi pas, d’aller à la conquête de marchés extérieurs

Commenter cet article