Propositions du FCE 15- Services : Assurances – Banques – Ingénierie/Conseil

Publié le par ouada yazid

 

Le développement des services est un axe majeur du développement économique ; il constitue une des clefs de la compétitivité de l’économie nationale.
 

Malgré l’importante infrastructure existante (36 banques dont 12 publiques, 23 compagnies d’assurances, plus de 500 sociétés d’ingénierie de grande envergure et 132 sociétés de conseils également d’envergure), les retards du secteur algérien des services sont manifestes : il occupe globalement à peine 40% du PIB, alors que ce taux est de 60 à 70% chez nos voisins, de plus de 70% dans les pays développés.
 

Un plan de relance est indispensable pour élever la part de marché de la production nationale des services.
 

Recommandations et propositions :
 

- Favoriser systématiquement les sociétés algériennes à capitaux algériens dans les avis d’appel d’offres.
 

- Prévoir des avantages fiscaux divers aux secteurs des services.
 

- Supprimer les cessions obligatoires et légales de la CCR et de l’AFRICA RE afin de diminuer les transferts à l’étranger.
 

- Autoriser les jeunes diplômés à intégrer la fonction d’Agent général en assurances après six mois de stage auprès des compagnies d’assurances.
 

- Exclure les compagnies étrangères, tous secteurs confondus, des contrats d’exclusivité lorsque le service existe au travers des sociétés algériennes à capitaux algériens.
 

- Défiscaliser le processus de réinvestissement des bénéfices quand cela concerne la certification de l’entreprise.
 

- Déplafonner le budget de formation.
 

- Supprimer l’obligation faite par la Banque d’Algérie de recruter les agents et de concevoir l’agence bancaire avant étude du dossier.
 

- Rendre obligatoire la certification des entreprises ayant plus de 15 ans d’existence.
 

- Augmenter les délais des crédits accordés et vulgariser le crédit à long terme.
 

- Systématiser le crédit d’exploitation pour aider les entreprises en difficulté.
 

- Intégrer la production nationale dans le processus de sous-traitance.
 

- Si l’ensemble de ces mesures sont effectivement appliquées, il est permis d’escompter rapidement une traduction conséquente en termes d’économies sur la facture des importations de services et la création de 15.000 emplois directs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article