Propositions du FCE 13- Exportations hors hydrocarbures

Publié le par ouada yazid


Le développement des exportations hors hydrocarbures est une nécessité majeure. Malgré que certains légers progrès aient été constatés, l’acte d’exporter reste soumis à des contraintes et des obstacles réels qu’il faudra lever le plus rapidement possible.
Recommandations et propositions :


- Installer le Conseil National Consultatif pour la Promotion des Exportations sous la présidence du Premier Ministre.
 

- Créer un observatoire ou une institution d’évaluation des politiques publiques et du cadre juridique et règlementaire dédié à la promotion de l’exportation.
 

- Autoriser la participation des entreprises privées aux commissions mixtes intergouvernementales
 

- Allonger le délai de rapatriement à 240 jours et dépénaliser le retard ou le défaut de rapatriement et le sanctionner par des amendes.
 

- Mettre en place le système de couverture du risque de change.
 

- Augmenter à 50% la quotité de devises rétrocédées à l’exportateur.
 

- Renforcer les capacités de la CAGEX pour permettre à cette agence de développer un service d’information, de conseil et d’accompagnement pour l’exportateur et pour développer les produits dont ont réellement besoin les exportateurs.
 

- Implantation commerciale à l’étranger : Revoir le règlement de la BA n°14/04 en vue de séparer les investissements du bureau de représentation; il s’agit de deux activités différentes.
 

- Permettre à ALGEX de s’installer à l’étranger notamment au niveau des pays cible. Permettre l’installation de bureaux d’initiative privée avec une assistance de l’Etat.
 

- Mettre en place un dispositif de financement de l’exportation.
 

- Faciliter les opérations liées à la publicité de l’entreprise à l’étranger : Faciliter le transfert des fonds pour le financement des plans de communication de l’entreprise à l’étranger.
 

- Organiser l’implantation de banques algériennes à l’étranger, notamment en Afrique.
 

- Revoir et élargir les missions de la BACE.
 

- Alléger et faciliter la procédure de paiement lors une participation individuelle aux salons et foires à l’étranger.
 

- Créer une banque spécialisée pour l’exportation rattachée directement à la banque d’Algérie ou créer un guichet spécialisé à l’export au niveau la Banque centrale.
 

- Simplifier les procédures de dédouanement à l’exportation dont le délai ne devrait

pas dépasser 02 jours francs.
 

- Créer une liasse unique pour toutes les formalités.
 

- Publier les textes et les modalités d’application régime « Draw Back » prévu par la Loi.
 

- Revoir le règlement de la Banque d’Algérie relatif à l’admission temporaire (dispositif dépassé).
 

- Alléger et faciliter les régimes douaniers AT et RF (procédures et délais).
 

- Mettre en place le dispositif adéquat de réapprovisionnement en franchise.
 

- Faciliter les procédures de remboursement de la TVA et d’achats en franchises.
 

- Mise en oeuvre des aides du FSPE : les délais de remboursement ne devrait pas dépasser 1 mois au lieu de 1 à 2 années actuellement.
 

- Taux de remboursement du fret, du transport et manutention : Unifier tous les taux disparates en vigueur à 50%.

- Lever cette l’interdiction d’exportation de certains produits (obsolète) et permettre l’exportation de tous les produits sauf ceux prohibés.
 

- Ouvrir l’organisation des foires et expositions à plus de concurrence.
 

- Ratifier d’une convention avec l’UEMOA.
 

- Coordination des dispositifs et des opérations liées à l’acte d’exporter : Créer un point focal dédié à la promotion des exportations à domicilier au niveau du ministère du commerce. Il s’agit de mettre en place un réseau de tous les ministères et organismes qui, en collaboration avec les collectivités locales et d’autres partenaires, aiderait les entreprises algériennes à exporter sur les marchés internationaux. Ce point focal, remplissant des missions de guichet unique, assiste les entreprises dans les différentes phases liées aux opérations d’exportation
 

- Créer des plateformes portuaires dédiées à l’exportation notamment pour les produits frais où il y a urgence.
 

- Réduire les délais de transit portuaire et d’attente au niveau portuaire, qui occasionnent des surestaries.
 

- Mise en place du Conseil des chargeurs l’absence est une des causes principales des augmentations de coûts de fret imposées par les multinationales du transport maritime.
 

- Mise en place à court terme de d’un institut du commerce extérieur
 

- Création de centres de formation dédiés aux métiers de l’export et activités connexes
 

- Organiser des Représentations économiques à l’étranger : Un interlocuteur sur place dans chaque pays ciblé (ambassades, attachés économiques …) pour collecter les

Informations sur les marchés, accompagner les exportateurs, organisation des rencontres BtoB…

 

Commenter cet article