Proposition du FCE 18- Emploi & Législation du travail

Publié le par ouada yazid

 

Les retards pris pour la mise à jour de l'actuel code du travail, datant des années 1990, constituent une grande contrainte pour l’entreprise. Il est nécessaire d’introduire une plus grande flexibilité dans le système de régulation des relations de travail et de l’emploi et de combler les lacunes ou les vides juridiques au niveau des textes ou de leur application qui contraignent l’activité des entreprises.


Il est urgent d’adapter la législation du travail aux défis qui se posent aujourd’hui à notre pays de manière générale et à l’entreprise algérienne de manière particulière. Il ne peut y avoir d’attractivité de notre pays ni de compétitivité de l’entreprise sans une législation juste et équilibrée régissant la relation de travail et une application rigoureuse des textes.
 

Recommandations et propositions :
 

- Nécessité d'adapter l'offre de main d'oeuvre qualifiée, aux besoins spécifiques des projets notamment ceux exigeant des connaissances et un savoir-faire particuliers.
- Nécessité d’introduire une plus grande flexibilité dans le système de régulation des relations de travail. Les progrès attendus concernent notamment :
- Les missions actuellement dévolues à l’Agence nationale de l’emploi (ANEM).
- Les obligations liées au contrat de travail, en particulier les CDI-CDD.
- Les règles régissant les conventions collectives.
- L’élaboration et la diffusion de l’information liée au marché de l’emploi.
- Les aides à la formation professionnelle en entreprise.
- La lutte contre les pratiques informelles.
- La pénalisation du non recours à l’ANEM (à remplacer par un système d’amendes dissuasives).

 

Commenter cet article