3e Forum de Mobilis _Le rôle des TIC dans le développement de la compétitivité des entreprises

Publié le par ouada yazid

La 3e édition du Forum de Mobilis, consacré aux médias, a débattu, hier, de la question du « rôle des TIC dans le développement de la performance et la compétitivité de l’entreprise ». Parmi les invités, des managers, des responsables d’entreprise, des représentants de marques de logiciels qui ont reconnu que « les TIC peuvent apporter une réelle valeur ajoutée à l’entreprise » qu’elle soit publique ou privée. Mme Irène Boukeila a évoqué sa propre expérience au sein d’une entreprise familiale. Elle a plaidé « la nécessité d’introduire les TIC dans le management, parce qu’elles peuvent réduire les côuts », mais a évoqué, en parallèle, « des résistances au changement » au sein du personnel. Pourtant, poursuit Mme Boukeila, « la venue des entreprises étrangères dans notre pays nous a forcés à aller vers de nouvelles procédures et de nouveaux modes de gestion ». De son côté, Mohamed Chida considère que les TIC sont « des outils parmi d’autres » de gestion. L’entreprise, si elle est « destructurée », les logiciels les plus innovants « ne pourront lui être d’aucune utilité », dit-il. Il faut que l’entreprise réunisse, selon lui, les « trois paramètres que sont les outils, l’organisation et le personnel ». D’autres témoignages ont porté sur les facteurs de blocage, à savoir au niveau du personnel lui-même, qui « craint l’outil informatique », et de l’entreprise, qui « ne sait pas où elle va ». En un mot, « elle n’a pas d’objectifs précis » et quand ces derniers n’existent pas », le logiciel ne peut l’aider à les concrétiser », explique ce consultant. Sur la question des entreprises qui évoluent plus que d’autres vers les TIC, de la différence d’approche entre l’entreprise publique et l’entreprise privée, les avis divergent. On crédite, de prime abord, l’entreprise privée d’une grande disponibilité à adopter les nouveaux référentiels en la matière en raison « de sa mise à niveau, des procédures de certification engagées » et de l’appel à « des experts pour les accompagner dans cette voie », alors que l’entreprise publique serait victime d’un lourd héritage, de « vieilles pratiques tenaces ». L’exemple de Sonelgaz, selon Malika Achira, cadre de ce groupe, est là pour dire tout le contraire ou du moins que le constat ne peut être généralisé à toutes les entreprises. La Société de distribution d’Alger, dépendant de Sonelgaz, précise-t-elle, s’est déjà lancée corps et âme dans la bataille en introduisant, avec le soutien de Mobilis, la relève à distance pour ses clients industriels. « Cela marche bien, presque à 100%, une relève sans erreurs et cela nous évite bien des réclamations », témoigne-t-elle. Sur le nombre d’entreprises qui adoptent les TIC en Algérie, les membres du panel ont été incapables d’avancer des statistiques. Mais si l’on se fie au chiffre d’affaires cumulé par le vente de logiciels, on se rend compte qu’il y a, selon les uns et les autres, de l’intérêt pour les produits que mettent sur le marché les producteurs IT. Il faudrait, cependant, comme le souligne un intervenant, prendre ce chiffre avec des pincettes. Car, primo, il n’y a pas que les logiciels payants sur ce marché, il y a, bien entendu, ce qu’on appelle les « open source ». Secundo, à travers les logiciels vendus, on n’a pas réellement une idée de la taille de cette entreprise, selon Chida. Celui-ci note qu’il y a « des entreprises, dans le domaine pharmaceutique par exemple, qui utilisent des logiciels destinés en fait aux officines ». Et cela fausse tout.

K . Daghefli

 

http://www.horizons-dz.com/?Le-role-des-TIC-dans-le

Publié dans NTIC

Commenter cet article